Trichoderma à la rescousse !

Catégorie: Actualités du végétal
répondre au sondage du mois
Partager sur les réseaux sociaux

Imaginez un monde où l’on aurait réduit l’utilisation de produits phytosanitaires conventionnels pour cultiver.

Quel producteur ne rêverait pas d’un monde pareil ?

Mais pour que le rêve se transforme en réalité, encore faut-il que des solutions alternatives de protection des cultures leur soient accessibles… C’est une piste prometteuse que propose le projet Trichoderma

 

Car Trichoderma, c’est un genre de champignons, particulièrement intéressants, puisqu’ils ont la capacité de développer différents mécanismes pour lutter contre les bactéries et les champignons pathogènes, soit en les parasitant, soit en renforçant les défenses naturelles des plantes. Or, parmi les 600 espèces recensées, seules 4 sont actuellement exploitées.

L’idée de ce projet est donc de réaliser une collection des espèces de Trichoderma présentes en Pays de la Loire pour ensuite les tester et vérifier leur efficacité contre plusieurs ennemis des cultures, dans l’espoir de découvrir une souche capable de contrer plusieurs facteurs de maladie. Bactéries et champignons, prenez garde !

 

Sur la photo ci-contre, par exemple, vous assistez à la lutte entre Botrytis cinerea, en haut à gauche (un champignon qui provoque des dégâts importants sur vigne = l’ennemi) et une espèce de Trichoderma, en bas à droite (=l’allié).

 

Démarré en 2019, le projet a déjà passé l’étape du prélèvement et recensement des différentes souches, répertoriées au sein d’une souchothèque (comme une bibliothèque du vivant). Il est passé désormais à l’étape du criblage (où on crible des ennemis de culture avec les différentes souches pour les tester).

A terme, le développement d’un nouveau produit de lutte contre les bactérioses dans les Pays de la Loire en maraîchage et sur vigne est visé. Ce produit sera ce qu’on appelle une « biosolution », qui devrait se présenter sous la forme d’une poudre mouillable, à pulvériser dans
les champs ou à utiliser dans le traitement des semences.

 

Accompagné par le pôle de compétitivité VEGEPOLYS VALLEY, et soutenu par la Région Pays de la Loire, le projet porté par Cybèle
Agrocare associe des partenaires publics (l’Université d’Angers, l’Inrae UMR IRHS) et privés(centre R&D de VEGEPOLYS VALLEY, ARELPAL et MERCIER Frères).

 

Pour en savoir plus, c’est par ICI

 

Un filament (de mycelium) à suivre de près…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.